Hollande accélère la fin de l’Etat providence !

Hollande accélère la fin de l’Etat providence !

Evidemment, le gouvernement se moque du monde quand il assure qu’il maintiendra le principe de l’universalité des allocations familiales. Certes, dans son projet, chaque foyer continuera à percevoir une aide publique. Mais la nouvelle modulation en fonction des revenus aboutira à une réduction par deux ou quatre des sommes perçues.

En réalité, l’intouchable acquis égalitaire légué par le Conseil national de la Résistance est remis en question par une partie de la gauche. L’avenir du sacro-saint Etat providence, hérité du communisme, est posé par ceux-là mêmes qui ne cessent de jurer vouloir préserver le modèle social français. Il n’est pas certain que le gouvernement, aveuglé par son acharnement à faire les poches des contribuables en laissant la gratuité des soins aux clandestins (AME), ait bien mesuré les conséquences de sa décision.

En rompant avec le principe de la solidarité nationale et de l’équivalence des droits, il ouvre la porte à la contestation d’un système de protection devenu déséquilibré et perméable au clientélisme. Derrière la mauvaise nouvelle de la modulation des allocs, se cache la bonne nouvelle de l’enterrement programmé d’un Etat mamma coûteux et inégalitaire : l’histoire retiendra, si la réforme annoncée se confirme, que François Hollande en fut le fossoyeur.

Non contents de cotiser toujours davantage, de plus en plus de foyers toucheront toujours moins. Il n’est pas besoin d’être fin psychologue pour comprendre, dès lors, l’intérêt qu’ils auront à fuir ce mécanisme. L’adhésion au modèle social de l’après guerre, déjà ébranlé par l’hétérogénéité de la société et sa paupérisation, devient de plus en plus fragile.

Dans une étude de septembre titrée “Le soutien à l’Etat providence vacille”, le Crédoc notait les réticences de l’opinion face à une justice sociale construite seulement sur le prélèvement des riches (L’Opinion, ce lundi). Pour sa part, l’association de DRH Entreprise et Personnel note une demande de plus en plus forte pour un modèle social “cafétéria”, c’est-à-dire où chacun se sert selon ses besoins, sans payer pour les autres.

Ce modèle est défendu par ceux qui, comme Claude Reichman depuis vingt ans, incitent à sortir de la Sécurité sociale, qui engloutit les deux tiers des dépenses publiques et ponctionne une large partie des salaires bruts.

De plus en plus nombreux sont les Français qui quittent la Sécu pour des régimes d’assurances privées, moins chers et plus généreux ilovemoney. C’est ce mouvement qui est amené à s’accélérer, à cause du ras-le-bol social que suscite le Hollandisme devenu fada.

Ivan Rioufol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge